Ojeaku Nwabuzo travaille à ENAR en tant que Shadow Report Officer (Photo : Réseau européen contre le racisme)

"L'INDUSTRIE DE LA MODE PEUT JOUER UN RÔLE DE PIONNIER DANS LES DISCUSSIONS SUR LE CHANGEMENT SOCIAL".

Avec la somme récoltée lors de notre Campagne contre le racisme lors du Black Friday 2021 nous soutenons le Réseau européen contre le racisme. Nous avons interrogé la collaboratrice Ojeaku Nwabuzo sur le travail de l'organisation, la justice climatique et le rôle de l'industrie de la mode dans la lutte contre le racisme. Nwabuzo travaille depuis 2014 comme Shadow Report Officer à l'ENAR. Nwabuzo est titulaire d'un Bachelor of Sciences en politique de l'Université de Southampton et d'un Master en communication politique de Goldsmiths, University of London.

Que fait le Réseau européen contre le racisme ?

Le ENAR est le seul réseau paneuropéen contre le racisme qui s'engage pour l'égalité des personnes et qui encourage la coopération entre les acteurs de la société civile contre le racisme en Europe. L'organisation a été fondée en 1998 par des militants de base dans le but d'obtenir des changements juridiques au niveau européen et de réaliser des progrès décisifs en matière d'égalité des personnes dans tous les États membres de l'UE. Depuis lors, ENAR s'est développé et a accompli beaucoup de choses. Le but d'ENAR est de relier les ONG antiracistes locales et nationales à travers l'Europe et de faire entendre leur voix. Nous sommes un réseau fort et dynamique de plus de 150 ONG qui s'engagent dans la lutte contre le racisme partout en Europe. Nos organisations membres sont notre force : le fondement de notre expertise et la voix des victimes du racisme et de la discrimination dans toute l'Europe.

Quel a été le plus grand succès d'ENAR jusqu'à présent ?

En plus de 20 ans d'existence, nous avons accompli beaucoup de choses. Plus récemment, nous avons collaboré avec des partenaires pour créer le tout premier le plan d'action de l'UE contre le racisme de la mise en place de ce plan. Ce plan a été présenté il y a un an. Il s'agit maintenant de mettre en œuvre ce plan pour que nous puissions voir la différence. Un autre développement important en 2021 a été l'adoption d'un plan international et mécanisme indépendant d'enquête et de responsabilisation sur les violences policières à l'encontre des Noirs aux États-Unis, en Amérique latine, en Europe et dans le monde entier..

À quoi allez-vous utiliser notre don ?

Le don d'Asphaltgold contribuera à notre travail continu pour réduire le racisme structurel et systémique en Europe. Notre réseau est au cœur du mouvement ENAR et l'argent servira, entre autres, à renforcer les capacités de notre réseau d'organisations de la société civile, dont la plupart sont des mouvements de base qui luttent pour la justice et la libération antiracistes et qui n'ont pas toujours accès aux fonds publics.

Qu'est-ce qui vous motive à continuer ?

À ENAR, nous travaillons tous pour le changement social. Il y a beaucoup à faire pour démanteler le racisme de manière structurelle. C'est ce qui nous motive.

Quels sont les facteurs qui poussent au racisme et quelle est la clé pour le vaincre ?

Il faut comprendre que le racisme systémique affecte l'exercice des droits dans tous les domaines de la société, par exemple sur le marché du travail, l'accès au logement et à une éducation de qualité. Imaginez un instant , quel impact ces facteurs combinés peuvent avoir sur la vie des gens.. Nous devons examiner les politiques et les processus qui renforcent le système actuel et les changer ! Il existe de nombreuses façons différentes d'aborder ce problème et nous travaillons avec des partenaires de tous les horizons pour lutter contre le racisme.

Que peut faire chaque individu contre le racisme ? Que peuvent faire les entreprises ?

Nous avons besoin de tous ceux que nous pouvons obtenir pour réduire le racisme structurel. Les entreprises peuvent ouvrir la voie à un véritable changement en matière d'égalité entre les personnes. Elles peuvent participer à ce travail en reconnaissant le caractère systémique du racisme, qui est généralement observé sur les lieux de travail. Les entreprises devraient s'engager à mettre en œuvre des mesures correctives concrètes à l'intérieur et à l'extérieur de leurs organisations. ENAR est également un acteur du changement sur le lieu de travail par le biais de sa plate-forme Equal@Work. Equal@Work est une initiative multipartite qui vise à promouvoir l'égalité des personnes dans le domaine professionnel, afin que tous les Européens aient un accès égal au marché du travail.

Avez-vous constaté des changements significatifs depuis le mouvement Black Lives Matter ?

Oui, le contexte social et politique dans lequel nous travaillons a beaucoup changé depuis les émeutes de 2020. Nous menons davantage de discussions. Par exemple, sur le racisme systémique, la décolonisation des institutions européennes et les discussions sur la justice transformatrice et sur ce que pourrait être la libération pour les groupes racialisés.

En surface, le monde de la mode est souvent considéré comme un pionnier en matière d'égalité, d'inclusion et d'antiracisme. Est-ce vrai, selon vous ?

L'identité culturelle et sociale et la mode sont étroitement liées. L'industrie de la mode peut jouer un rôle de pionnier dans les discussions sur le changement social. La question est de savoir à quel point ce débat est superficiel et dans quelle mesure la dynamique du capitalisme garantit le statu quo. Il est évident que de nombreuses entreprises de mode doivent repenser leurs actions et se demander si elles soutiennent des communautés locales et diversifiées ou si elles travaillent plutôt de manière parasitaire sur un "sujet brûlant". L'industrie de la mode, et en fait toutes les entreprises, ont un immense pouvoir d'influence sur la société. Ce qui est problématique, c'est lorsque les entreprises n'assument pas la responsabilité de leurs actes et n'utilisent pas leurs ressources d'une manière juste, équitable et appropriée.

Le racisme dans le travail de la police et de la justice pénale fait depuis longtemps l'objet de vives discussions. Qu'est-ce que vos recherches sur ce sujet mettent en lumière ?

Notre recherche dans ce domaine fait la lumière sur une question qui a été niée, rejetée et ignorée pendant des décennies. Nous montrons comment certains groupes de personnes font l'objet d'une surveillance policière excessive, d'un harcèlement et de violences, et qu'il s'agit d'une conséquence du racisme institutionnel et systémique. En 2020, nous avons voulu collecter des données sur les violences policières à caractère raciste, car le sujet était passé sous silence dans de nombreuses régions d'Europe. Les médias ne couvraient pas ces incidents, les plaintes pour violences racistes n'étaient pas traitées de manière adéquate, et c'est encore le cas dans de nombreux cas. Bien que le débat public ait changé en 2020, de nombreuses familles luttent toujours pour une sorte de responsabilisation des actes de violence. Pendant la pandémie, la police et les forces de l'ordre se sont vu confier des pouvoirs accrus, dont elles ont abusé de la manière la plus brutale. Non seulement des mesures ont été prises contre des individus, mais la possibilité de protester et de manifester a été réprimée. En France, par exemple, le gouvernement a proposé de limiter le droit des individus à filmer les bavures policières, et au Royaume-Uni, le Police, Crime, Sentencing and Courts Bill a proposé des mesures dissuasives limitant le droit à la liberté d'expression. La réalité aujourd'hui est que certaines des méthodes les plus dangereuses pour arrêter des personnes n'ont pas été interdites et que les possibilités pour les citoyens de vérifier les pouvoirs de la police ont également été limitées, de sorte que la violence policière raciste continuera.

Tournons-nous vers la question de la justice climatique. Dans quelle mesure le changement climatique favorise-t-il l'injustice ?

La crise climatique se déploie ici et maintenant pour certaines communautés en Europe qui sont particulièrement et de manière disproportionnée touchées par la détérioration du climat. C'est le résultat de l'interaction entre les changements climatiques et la manière dont le racisme structurel se manifeste - comme le refus de l'emploi, du revenu, d'un environnement sain et sûr, de l'accès à la prise de décision politique et à la représentation politique, ainsi que d'autres droits fondamentaux. La crise climatique est une crise du capitalisme (néo)colonial, sous-tendue par le racisme et aujourd'hui encouragée par les États et les entreprises. Nous ne pouvons pas invoquer le "greenwashing" en matière de développement, car le développement est par nature une entreprise capitaliste. Nous avons besoin d'un changement radical de système, et les solutions pour le climat doivent être antiracistes, contre l'oppression de classe, anticapitalistes, antipatriarcales et, de manière générale, contre l'oppression, afin de parvenir à la justice climatique.

Merci beaucoup pour ton temps et bonne continuation dans votre travail !

L'interview a été traduite de l'anglais.

Cliquez ici pour accéder aux publications d'ENAR.

⟶ Tu veux approfondir la question de la lutte contre le racisme ? En collaboration avec l'ENAR, nous avons établi une liste de livres, films, podcasts & Co. à recommander.

Asphaltgold poursuit ainsi sa campagne contre le racisme lors du Black Friday 2021.