adidas NMD_S1: Exklusives Editorial mit Serge Gnabry

TOUJOURS CHANGER LE FUTUR : ADIDAS NMD_S1

C'est avec de nouvelles résolutions que nous entamons 2022 et que nous laissons l'ancienne année derrière nous ! Le premier Heat-Release à venir assure également un début frais, car adidas nous offre une nouvelle édition de l'un des runners les plus populaires de tous les temps. Après le premier drop de l'automne dernier, qui n'était disponible qu'exclusivement sur l'app adidas, la NMD_S1 enfin lancé chez nous. Pour faire passer la sortie de la nouvelle silhouette au niveau supérieur, nous nous sommes associés en exclusivité à adidas et au footballeur professionnel Serge Gnabry pour mettre en scène de manière contemporaine le modèle mis à jour.

Suivant le slogan "Ever changing the future", nous reprenons les changements constants de l'ère actuelle et voulons donner l'impulsion d'aller toujours de l'avant en regardant vers l'avenir.

voir l'adidas NMD_S1 dans notre boutique en ligne

Contrairement à son modèle original, la NMD R1 PK, qui a connu un grand succès en 2016 grâce à sa semelle Boost et ses plugs latéraux, cette chaussure futuriste est assez colorée et extravagante. Cette NMD ne renonce pas au confort : L'unité Boost classique est cachée derrière une semelle en caoutchouc épaisse au look semi-transparent. De nombreux petits logos en trefoil fixés sur la semelle de la sneaker lui confèrent un look encore plus rougher. Les fans de ce classique seront ravis d'apprendre que la tige a été fabriquée en Primeknit, un matériau typique qui ressemble à une chaussette, et que le laçage rappelle également l'original. La partie supérieure gris béton est complétée par une semelle extérieure laiteuse et de petits détails avec le logo. Si l'on observe la silhouette dans son ensemble, on reconnaît l'interaction artistique de différentes formes, textures et éléments de design : la NMD_S1 convainc absolument par sa multidimensionnalité.

Afin de souligner les nombreuses facettes de la NMD_S1, nous avons stylisé la Runner dans un look moderne avec le polyvalent Serge Gnabry, qui se passionne également pour le stylisme et la culture de la mode dans sa vie privée, tout en respectant les exigences artistiques du modèle. En y regardant de plus près, on s'aperçoit que les dimensions du Runner se retrouvent dans le décor, symbolisées par le verre, le béton et les grilles.

Lors de l'entretien entre notre directeur marketing David Bastias et le footballeur professionnel passionné de mode, nous avons parlé de la conquête de nouveaux horizons et avons retenu pourquoi il ne faut pas se laisser abattre par les échecs et pourquoi il suffit parfois d'un nouveau point de vue pour continuer à avancer. Tu trouveras ci-dessous l'interview complète entre Serge Gnabry et Asphaltgold.

GNABRY : "IL EST IMPORTANT POUR MOI DE M'OCCUPER VRAIMENT DES CHOSES".

DAVID : Tu es parti à Londres à l'âge de 16 ans. Un nouvel environnement signifie aussi que l'on se fait de nouveaux contacts. Comment décrirais-tu le Serge que tout le monde rencontre lors de la première rencontre ? Y a-t-il des choses qui surprennent ton interlocuteur ?

SERGE : La réaction la plus fréquente est toujours que les gens me regardent ou me perçoivent différemment et qu'ils réalisent que je suis en fait une personne tout à fait normale. J'essaie de traiter tout le monde d'égal à égal, c'est toujours le plus important quand je rencontre de nouvelles personnes. Le même respect que je réclame, je veux aussi le rendre. La plupart des gens n'auraient pas pensé auparavant que l'on puisse me parler aussi facilement.

DAVID : En tout cas, je ne peux que le confirmer, tu es un type décontracté !
En tant que professionnel, tu es souvent en déplacement et bien sûr toujours en équipe, ce qui correspond à ta discipline sportive. Cela peut probablement être assez monotone. Le temps libre est plutôt une rareté. Y a-t-il des situations dans lesquelles tu accordes beaucoup d'importance à la sphère privée ou apprécies-tu d'être toujours en public ?

SERGE : Non, je n'apprécie cela que sur le terrain, en dehors, j'aime avoir ma vie privée. Il est tout aussi important pour moi d'avoir du temps pour moi et de me recueillir. Il y a souvent beaucoup d'agitation autour de moi, beaucoup de tension, c'est pourquoi il est important pour moi de prendre du temps pour moi, de vivre de manière détendue des choses qui me plaisent, de passer du temps avec mes amis et ma famille ou de m'adonner à d'autres loisirs.

DAVID : Quand tu dis que tu apprécies l'attention portée au football, qu'est-ce qui te plaît ?

SERGE : Je ne suis pas quelqu'un qui aime être au centre de l'attention. Je l'admets : Cela ne me convient pas toujours. Sur le terrain, en revanche, cela me convient. Quand je joue bien, je suis bien sûr heureux de recevoir des compliments. Mais en dehors du terrain, j'aime bien rester en arrière-plan.

DAVID : Tu n'as probablement jamais besoin de te présenter quelque part et la plupart des gens te connaissent. Quelqu'un comme Kanye West se promène à Berlin avec un masque intégral. Qu'est-ce que tu penses de ça ? Est-ce que tu peux comprendre ça ?

SERGE : Eh bien, avec le masque, tout le monde sait maintenant que c'est Kanye. C'est pour ça que je ne sais pas si ça a beaucoup de sens, mais il a fait naître une nouvelle tendance. Mais Kanye est encore plus sous les feux de la rampe, et je pense que sous le masque, il veut aussi cacher ses expressions faciales, son humeur. Il est toujours sous surveillance, les caméras l'accompagnent à chaque pas. Ce n'est certainement pas toujours facile. C'est pourquoi je peux le comprendre.

DAVID : Tu sais que nous sommes des détaillants de sneakers et que nous ne voulons pas seulement poser des questions plus profondes, mais comme tu es très en avance sur la mode, quel est pour toi le top 3 des athlètes les plus stylés du moment ?

SERGE : Sans aucun doute Héctor Bellerín et le joueur NFL Stefon Diggs. Le numéro 3 n'est pas un athlète, mais A$AP Rocky.

DAVID: Très bonnes réponses. Je les approuve. 2016 a été une sorte d'année charnière pour toi - je me souviens encore très bien lorsque tu as joué aux Jeux olympiques et que je me suis dit : "Rising Star, il va encore faire parler de lui". Tu as ensuite été transféré à Brême en Bundesliga et tu as déclaré dans une interview que cela avait été l'une des décisions les plus difficiles de ta carrière. Comment gères-tu en général une telle pression et de tels défis ? Comment gères-tu de telles situations ?

SERGE : Ouf, difficile à dire. Je pense que la chose la plus importante dans cette décision était de savoir que je devais sortir et prendre du recul. C'était difficile parce qu'Arsenal est un club dans lequel je me sentais incroyablement bien et, en plus, nous avions une super équipe.

Quand j'ai déménagé à Londres à 16 ans, j'ai réalisé un rêve. Je voulais devenir un grand joueur à Arsenal. Honnêtement, j'ai eu du mal à le faire parce que je ne voulais pas quitter cet endroit. Londres est une ville très agréable à vivre.

Mais il est important d'avoir un regard réaliste et critique sur ce qui est et ce qui peut être quand on planifie des étapes pour l'avenir. Ma devise est la suivante : il suffit de tout mettre dedans et de voir ce qui en résulte. On ne sait jamais à l'avance comment cela va se passer, mais on peut essayer de faire beaucoup de choses pour que cela se passe bien.

DAVID : Et as-tu une méthode particulière pour réussir à obtenir de nouvelles perspectives sur certaines situations ?

SERGE : Il est important pour moi de m'intéresser vraiment aux choses, d'être ouvert et de travailler sur moi. C'est ainsi que naît généralement une positivité. C'est la voie que j'ai trouvée pour moi et qui m'a finalement permis d'aller de l'avant.

DAVID : Quand tu dis positivité, qu'est-ce que cela signifie ?

SERGE : Si tu sais que tu as beaucoup travaillé et que tu as fait tout ce qui était possible, tu peux dire que tu as essayé et que tu as fait de ton mieux. Si tu échoues à cause d'autre chose, c'est parfois le cas dans la vie. Tout ne va pas toujours en s'améliorant. C'est un constat important que j'ai également fait lorsque j'étais à West Bromwich. J'y ai toujours tout donné, même à l'entraînement, mais l'entraîneur ne m'aimait pas. C'est un exemple de choses qui échappent à mon contrôle. Malgré tout, j'ai beaucoup appris durant cette période et j'ai acquis de l'expérience pour l'avenir, j'ai toujours continué et à un moment donné, cela m'a permis de remonter la pente.

DAVID : Tu as un parcours très imposant derrière toi, tu es passé par de nombreux clubs de haut niveau, des amitiés se sont certainement créées. Tu as déjà mentionné Héctor et Joshua est un bon ami à toi. Qui t'a le plus marqué dans ta carrière ?

SERGE : Beaucoup de personnes m'ont marqué. Je pense que ce qui m'a le plus aidé, c'est le sérieux de Per Mertesacker. Per m'a souvent parlé très directement et m'a ainsi poussé. Je pense qu'il y a beaucoup d'amitiés dans lesquelles les choses se passent comme ça, mais que quelqu'un te dise honnêtement "Yo, tu dois te raffermir", c'est plutôt rare. Et c'est pourquoi c'est Per qui m'a le plus marqué.

DAVID : Et en dehors du football ? Qu'est-ce que tu dirais ?

SERGE : Même en dehors du football, j'ai une amitié vraiment profonde avec Jo, dans laquelle nous discutons aussi de nombreux sujets très privés et profonds. Nous nous connaissons depuis des années, tout comme nos deux familles, nous passons beaucoup de temps ensemble et c'est pourquoi il est mon contact privé le plus proche.

DAVID : Pour finir, une question qui nous intéresse bien sûr au plus haut point, nous les sneakerheads : Quelle est ta sneaker préférée de tous les temps ?

SERGE : Ma préférée de tous les temps, je ne peux pas vraiment le dire. Mais aujourd'hui, j'ai reçu la Predator 4D et elle est vraiment géniale ! Merci adidas !

DAVID : Nous ne l'avons jamais vu aussi élégant au pied qu'aujourd'hui ! Merci beaucoup, c'est tout.

vers l'adidas NMD_S1 dans notre boutique en ligne